Têtu

by Le Vent du Nord

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      $9.99 CAD

     

1.
Ce sont deux jeunes gens qu’on fait alliance ensemble, À la première nuitée ils ont couché ensemble Oh ! mon époux bien vite levez-vous Je crains de ne pas finir mes jours Oh non, nenni la belle, y’en aura des remèdes Je ferai venir le plus grand médecin Qu’il soit dans l’Europe ou dedans le Rhin S’il tardait à venir, j’irai à sa rencontre Je lui dirai médecin hâtez-vous Je crains que ma mie ne finisse ses jours Quand il fut arrivé la belle n’était point morte Elle tira sa main en dehors du lit En disant adieu mon mari Si Dieu l’avait voulu aurions vécu ensemble Vécu ensemble d’une douce amitié Mais hélas la mort va nous séparer Que bénie soit la mort quand Dieu nous la présente Y paraît qu’un jour dans son Paradis Nous y serons enfin réunis Oh mère apportez-moi mes gilets de soie verte Faut que j’en découse, découse le velours Car ma mie a fini ses jours
2.
03:31
C’est un jeune homme mystérieux Sauf sous la lune il sortait peu Habillé comme un miséreux Errait la nuit le regard creux Depuis qu’un soir d’éclair de lune A disparu sa bien-aimée Après une veillée de coutume À se disputer avec le curé Ne croyant ni diable ni Dieu Sautait ses Pâques sans se confesser Excommunié l’âme esseulée Un animal s’est réveillé Les Franciscains et la Papauté Servent des royaumes bien éloignés Pour qu’soient rentables les religions Ça prend des loups pis des moutons Se transformant, bête enragée En séquestré d’éternité On retrouva chez lui des os Ceux de sa femme étaient du lot Bien malgré lui ensorcelé Ce loup-garou en liberté Attend sa lune, pourchassé La chasse à courre dépareillée On chassa l’homme loin du comté Mais la bête, elle, s’est réfugiée Au monastère pour se venger De ces faux frères endimanchés
3.
04:43
On vous aurait vue étreindre la main d’un prétendant Ce serait le fils d’un prince, sûrement pas d’un paysan Un rosier rouge un rosier blanc Dites-moi la belle qui est votre amant Mais qu’en est-il ma chère de si beau serment Que vous me prêtiez naguère quand vous étiez au couvent Maintenant je n’vis plus guère de l’amour que les tourments Et je maudis cette guerre qui m’exile injustement Je n’ai eu de vos nouvelles il est vrai depuis longtemps Mais je croyais la belle que c’était question de temps Il n’est point à mon honneur de me fier aux médisants Pour contrer la rumeur me faut aller au-devant Avant la prochaine lune je quitterai mon régiment Aussi je prends la plume vous en avertissant Ah je suis bien aise ma chère de vous voir de mon vivant Prenez donc une chaise nous causerons plus à l’avenant Un verre de rouge un verre de blanc Dites-moi la belle qui est votre amant Comme je subirai demain le sort des déserteurs M’avouerez-vous enfin la couleur de votre coeur Un amant rouge un amant blanc Dites-moi la belle lequel est-ce qu’on pend Dites-moi la belle qui est votre amant
4.
Pièce instrumentale.
5.
Connaissez-vous l’histoire du beau grand Canada Ce pays emprunté, qui fut fondé trois fois On nous l’a bien fait croire pays bilingue, égal en droits Pour que les francophones ne se soulèvent pas Ils ont bien évité de rebaptiser l’pays Nommer «Borealia» leur nouvelle colonie Ils nous ont fait le cadeau d’une bien étrange liberté Espérant voir s’éteindre les enfants de Cartier Les Molson et McGill s’étaient bien engagés Dans la clique du château avaient des ficelles à tirer Les pères fédérateurs rêvaient qu’on se sabote Mais au retour d’exil de chez le roi despote Le français fut sauvé par un ex-patriote Entre deux solitudes, assez loin des combats Une nouvelle capitale entre deux Canada Après les cendres de Montréal on choisit la ville Ottawa Sommes-nous qu’un préfixe à cette fédération ? N’avons jamais signé leur chère constitution Les Français d’Amérique ont toujours un pays sans nom Pourquoi les francophones ne se souviennent-ils pas ?
6.
Écoutez bien l’histoire, la tragédie de ces amants La belle s’est trouvée morte noyée à l’âge de 20 ans Nuit et jour il soupire, le désespoir l’emporte De voir toute la nuit sa chère amie qui est morte Satan le mauvais traître un jour il lui est apparu Pour lui offrir son aide contre son âme bien entendu Que veux-tu donc de moi, dis-moi donc je t ’en prie Mène-moi dans les lieux où repose ma mie Et Satan qui l’emmène, vole au plus vite contre le vent Par-dessus ces montagnes et par-dessus les bâtiments Là il l’a emmené dans une grande chambre Il vit sa mie brûler dans une chaise ardente Dites-moi ma mignonne m’entendez vous, où suis-je ici ? Pourquoi n’êtes-vous pas comme de raison au paradis ? C’est ce maudit Satan nuit et jour me tourmente Pour le péché amant qu’avons commis ensemble Dites-moi ma mignonne est-ce que j’pourrais vous embrasser ? Un baiser sur votre bouche comme c’était l’accoutumée Non non mon bel amant n’approchez pas de moi La chaleur de mon corps vous fera perdre la vie Dites-moi ma mignonne ce que vous faites à demander À vot’père, à vot’mère, à votre frère, votre soeur aînée Vous leurs direz amant qu’ils se tiennent bien sage Qu’ils ne s’amusent pas à ces amants volages
7.
Pièce instrumentale.
8.
04:43
Depuis plusieurs générations Ils étaient là dans ce canton Vivre et mourir c’était la loi Des gens habitent en Forillon Barque de pêche durant l’été Hache et godin durant l’hiver Bonheur et joie bien calculés C’était un peu leur univers Ils sont venus tout chambarder Marcher, mesurer, arpenter Paraît qu’on va tout bulldozer À Ottawa y’en ont parlé Québec aussi a accepté Et dire qu’il faudra tout quitter Pays, maisons, parents, amis, Et dire adieu en Gaspésie Laisse ta terre pour Montréal Gaspé, Québec ou bien ailleurs Même si la peine te ronge le coeur Tout finira par s’arranger Va-t’en mourir dans la grande ville Ce n’est pas du tout difficile Un arbre bien déraciné Finit toujours par succomber Ce soir, hier ou bien demain Nous sommes tous pas mal certains Notre pays, la Gaspésie Sera un jour combien changé À Forillon, les étrangers Viendront souvent pour visiter En oubliant qu’il y a 100 ans C’est nous qui l’avions défriché Depuis plusieurs générations Ils étaient là dans ce canton Vivre et mourir c’était la loi Des gens habitent en Forillon Barque de pêche durant l’été Hache et godin durant l’hiver Bonheur et joie bien calculés C’tait plus du tout leur univers Il faut payer à la barrière
9.
Pièce instrumentale.
10.
Passants prenez pitié de ma misère Soulagez-moi je suis un pauvre enfant J’ai faim j’ai soif lorsqu’on n’a plus de mère Oh que la vie est un fardeau pesant Elle n’est plus cette mère si bonne Me voilà seul errant sur le chemin Je tends la main rarement l’on me donne Un peu de pain pour apaiser ma faim Lorsque la nuit sa longue robe grise Éclipse au loin le doux azur des cieux Sous un feuillage agité par la brise Vers le passé je rejette les yeux Je la revois cette mère si bonne Je crois encore reposer sur son sein Je veux parler mon coeur a cru l ’entendre Mais l’écho seul répond à l’orphelin Quand le soleil a paru, la lumière Je sors tremblant de mon réduit poudreux Au Tout-Puissant j’adresse une prière Quand j’ai prié je suis moins malheureux Je songe au ciel au bonheur de l ’innocence Où règne Dieu le père du faible monde En lui j’espère il gagnera mes souffrances C’est un bon père il aime l’orphelin
11.
Pièce instrumentale.
12.
J’avais autrefois une amie Cent fois plus belle que le jour Un ami jaloux me l’a ravie Je l’ai tué pour venger ma vie J’irai ce soir au clair de lune Entendre ce récit touchant De tous les malheurs d’infortunes Qui m’oppressent depuis si longtemps Enchaîné jusqu’au fond de la terre Tout seul dans un sombre cachot Je pleure en faisant mes prières Car personne entend mes sanglots Si j’avais comme l’oiseau des ailes De ma prison je m’enfuirais J’irais dans les bras de ma belle Libre enfin j’m’en irais mourir Demain je verrai le soleil Debout sur un sombre échafaud Le bourreau de sa main cruelle Sur mes yeux baissera le bandeau
13.
Pièce instrumentale.
14.
02:18
C’est dans la ville de Toronto, grand Dieu quelle jolie ville Oui elle est belle et parfaite en beauté Que Papineau ne peut y entrer Ah! allez dire à Papineau que je ne crains pas l’homme Allez lui dire que j’me moque de lui Autant le jour comme la nuit Quand Papineau il a vu ça, il s’est mis en bataille Tout aussitôt du canon a tiré Que la jolie ville a tremblé Courage amis courage, la ville est en pillage S’sont écriés, hourra pour Papineau On a la ville de Toronto
15.
02:54
Pour moi la perte d’une amante Ce n’est qu’une bagatelle J’en perdrai cinq ou six cent Moi qui suis jeune encore Je leur dirai encore bien mieux Moi je n’aime que quand je veux Le changement n’est pas défendu Et j’en aimerai bien d’autres Ma bonne dame en vous perdant Je ne perdrai pas grand chose Si j’ai dit que je vous aimais Il ne fallait pas me croire Si je l’ai dit je m’en dédis Car j’en perdrai la mémoire

credits

released March 31, 2015

license

all rights reserved

tags

about

Le Vent du Nord Montréal, Québec

Formé des chanteurs et multi-instrumentistes Nicolas Boulerice, Simon Beaudry (depuis 2003), Olivier Demers et Réjean Brunet (depuis 2007) et d"André Brunet (depuis 2018), le groupe interprète des œuvres tirées du répertoire traditionnel ainsi que des compositions originales. Une musique qui, sans aucun doute, est bien de son temps. ... more

shows

contact / help

Contact Le Vent du Nord

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

Le Vent du Nord recommends:

If you like Le Vent du Nord, you may also like: